jeudi 14 décembre 2017

Le film "Coco"




Date de sortie : 29 Novembre 2017

Durée : 1h45min

Produit par : Lee Unkrich, Adrian Molina

Acteurs principaux : Andrea Santamaria, Ary Abittan, François-Xavier Demaison

Genre : Film d'animation, Aventure, Fantastique

Nationalité : Américaine

Lien vers la bande-annonce



"Depuis déjà plusieurs générations, la musique est bannie dans la famille de Miguel. Un vrai déchirement pour le jeune garçon dont le rêve ultime est de devenir un musicien aussi accompli que son idole, Ernesto de la Cruz. 

Bien décidé à prouver son talent, Miguel, par un étrange concours de circonstances, se retrouve propulsé dans un endroit aussi étonnant que coloré : le Pays des Morts. Là, il se lie d’amitié avec Hector, un gentil garçon mais un peu filou sur les bords. Ensemble, ils vont accomplir un voyage extraordinaire qui leur révèlera la véritable histoire qui se cache derrière celle de la famille de Miguel…"



J’ai eu le plaisir de découvrir au cinéma le weekend dernier le petit nouveau des studios Disney. Je veux bien évidemment parler de « Coco ». Je suis tombée totalement sous le charme de cette pépite.


Dans cette histoire, nous suivons le personnage de Miguel, un jeune garçon mexicain vivant dans une famille où la musique est interdite suite à une histoire familiale tragique. Miguel est un personnage qui m’a beaucoup touché par son ambition et son amour sans fin pour la musique. C’est un enfant qui respire la joie de vivre et a, en permanence, des étoiles plein les yeux. Il s’émerveille de tout et ça nous fait du bien et nous donne facilement le sourire. De plus, il partage de belles valeurs avec les enfants qui regardent le film. Les personnages secondaires m’ont aussi, quant à eux, beaucoup touchés par leurs histoires et chacun à leur manière.


Dans ce nouveau film d’animation, nous sommes immergés en pleine fête des morts au Mexique, une fête que je trouve simplement sublime, chaleureuse et pleine de bonne humeur. Les effets spéciaux, les couleurs et l’imagination des producteurs nous en mettent plein les yeux. Les couleurs vives dominent et rendent l’atmosphère festive encore plus captivante et immersive. Ente costumes mexicains, musique joyeuse et univers coloré, on se plonge avec délice dans cette histoire. En effet, un Disney avec des musiques originales est inévitable. J’avoue préférer les chansons en espagnol mais j’ai tout de même adoré les musiques et cela a contribué fortement à me plonger dans l’univers.


Quant à l’histoire, elle était remplie d’émotions, de joie et de dilemmes pour notre cher petit héros. J’ai été plutôt surprise par la fin et je ne me suis ennuyée à aucun moment. Je pense que, comme tout le monde, j’ai été très touchée par l’histoire familiale de Miguel. Je vous préviens, préparez les mouchoirs !


Note : 4,5/5

Chronique "The Book of Ivy (T2) The Revolution of Ivy" d'Amy Engel


Maison d'édition : Lumen

Date de publication : 5 Novembre 2015

Nombre de pages : 326 pages

Genre : Dystopie

Catégorie : Young-Adult

Tome : 2/2

Prix : Grand Format : 15 euros
          Poche : 6,95 euros

Format : Grand Format



Spoilers présents dans le résumé du second tome !


"J'ai tout perdu : mon foyer, ma famille, l'homme que j'aime.
Au-delà de la barrière, l'hiver approche. Il va me falloir trouver des vivres, un abri. Et des alliés. Mais je dois aussi faire un choix : oublier ma vie d'avant, me venger de ceux qui m'ont trahie... ou mener la révolution ? 
Je ne suis plus une Westfall ni une Lattimer. Simplement Ivy. Et je suis enfin libre."


En Octobre, j’ai eu le plaisir de finir une nouvelle saga avec ma lecture du second tome de « The Book of Ivy ». J’ai lu le premier tome à la fin du mois de juillet et même si ça n’avait pas été un coup de cœur, comme pour la plupart de ses lecteurs, j’avais sincèrement apprécié ce roman. Je me suis donc penchée sur la suite qui, de son côté, avait été très critiquée à sa sortie. Contrairement à l’avis général, j’ai pris du plaisir à découvrir la suite des aventures d’Ivy & Bishop.

Nous retrouvons notre chère Ivy quelques instants après la fin du premier tome. Cela nous permet en tant que lecteur de ne pas perdre une seule miette de l’intrigue. Je le conçois, il y a moins d’actions dans cette suite. En même temps, on ne se situe plus dans le même environnement et les menaces sont différentes. Cependant, l’auteur a pu se focaliser un peu plus sur les personnages et leurs relations ainsi que sur d’autres sujets comme la famille, la survie, la question de l’essentiel ou encore la liberté. Amy Engel réussit tout de même à influer du rythme dans son histoire. En effet, je ne me suis ennuyée à aucun moment. De plus, j’ai adoré la fin qui se termine en véritable feu d’artifice sanglant et meurtrier qui m’a assez surpris pour ma part.

Au fil des pages, l’auteur approfondit un peu son univers dystopique et surtout l’étend. Elle nous explique certaines choses sur le passé de notre Terre et sur la situation des autres états. Néanmoins, cet approfondissement demeure en surface et aurait peut-être nécessité d’être encore plus développé pour immerger le lecteur au maximum.

J’avais beaucoup apprécié découvrir le personnage d’Ivy et celui de Bishop dans le premier tome. Mon avis était alors très bon. Je m’étais attachée à eux et j’avais hâte de suivre leur évolution.  Malheureusement, mes sentiments envers Ivy ont été plus mitigés dans cette suite. Elle m’a considérablement agacée concernant sa relation avec Bishop. Elle tente, pendant toute l’histoire, d’incarner le rôle d’une victime, de se fermer à toute aide extérieure et de vouloir demeurer le vilain petit canard que personne n’aime. Bishop, plein de bons sentiments et d’amour pour elle (vous vous en doutez), s’en prend clairement plein la tête. Son comportement est juste inacceptable. Vu la situation et leur histoire, ce serait plutôt à Bishop de vouloir s’éloigner d’elle et à Ivy de vouloir le reconquérir et pas l’inverse. Heureusement, l’auteur améliore leur relation et l’a fait évoluer pour revenir à un semblant de cohérence concernant leurs sentiments l’un envers l’autre. J’avoue être toujours aussi attachée à Bishop qui a su faire les bons choix et prouver sa loyauté et ses sentiments à Ivy tout le long de la saga tout en évoluant intérieurement.

Pour conclure, j’ai été plutôt réceptive à la plume d’Amy Engel à la fois fluide et très addictive. En tout cas, j’apprécierais de la relire dans une autre de ses histoires.


Note : 4/5

dimanche 10 décembre 2017

Ces sorties qui me font envie - Décembre 2017


Salut tout le monde ! Je vous retrouve aujourd'hui pour vous présenter les sorties qui me font envie pendant le mois de Décembre 2017. Vous allez rapidement remarquer qu'il n'y a aucune sortie française qui m'intéresse car il y en a extrêmement peu à part des romans sur Noël ^^ J'espère que ça vous plaira quand même ;) Bonne lecture !

Sorties littéraires :

Livres en VO Anglaise :


Je trouve la couverture tout simplement sublime et on parle ici de magie, il ne m'en faut pas plus !
Un roman qui traite d'une femme célèbre pour son intelligence et non son corps au XIX° siècle. Une biographie qui reste d'être fortement intéressante.
Une histoire sur le célèbre frère de Sherlock Holmes, je dis oui !


Un roman de fantasy qui m'intéresse car il mélange des elfes, des métamorphes et les éléments. En plus, la couverture est intrigante !

Sorties Séries :


Knightfall : 6 Décembre
Une série historique sur les Templiers qui m'intrigue beaucoup.
The Crown : Saison 2 : 8 Décembre
J'avais beaucoup apprécié la première saison et je suis curieuse de regarder la suite !
Las Chicas del Cable : Saison 2 : 25 Décembre
La première saison a été un énorme coup de cœur et je suis impatiente d'enfin me plonger dans la suite surtout avec le cliffhanger de la saison 1 !

Sorties Cinéma :


Paddington 2 : 6 Décembre
J'avais trouvé le premier film très mignon et drôle et je serais ravie de retrouver Paddington dans un nouveau film !
Un incontournable de la fin de l'année !
Un casting de dingue pour une nouvelle adaptation d'un roman d'Agatha Christie, je fonce !


Wonder : 20 Décembre
J'ai lu le livre il y a un moment et j'avais été très touchée. J'espère l'être autant avec le film qui m'a l'air brillant !
La Promesse de l'Aube : 20 Décembre
Une adaptation d'un roman de Romain Gary sur la 2nde Guerre Mondiale, il ne m'en faut pas plus !
Ferdinand : 20 Décembre
Un film d'animation qui m'a l'air drôle et chaleureux :)


Pitch Perfect 3 : 27 Décembre
Un film pour chanter, danser et rire ! J'avais adoré les 2 premiers et j'ai hâte de voir la conclusion :)
Un film historique où se mêle mariages, trahisons et politique.

Voilà tout le monde ! J'espère que cet article vous aura plus. N'hésitez pas à me partager les sorties qui vous intéressent en cette fin d'année. Faites de belles découvertes ! 

Bilan du mois de Novembre 2017


Salut tout le monde ! Je vous retrouve aujourd'hui pour vous présenter les livres que j'ai lu ce mois-ci ainsi que les séries et films que j'ai pu visionner. J'espère que ce bilan vous plaira, bonne lecture !


Ce mois-ci, j'ai eu l'occasion de lire 7 romans dont 3 de ma pile à lire et 4 services-presse. Je n'ai pas  eu de coups de cœur mais j'ai tout même eu de supers lectures ! Au total, j'ai parcouru 2667 pages, ce dont je suis ravie !

- Mercy Thompson (T1) L'Appel de la Lune de Patricia Briggs : 3,5/5
- La Trilogie de la Poussière (T1) La Belle Sauvage de Philip Pullman : 4,5/5
- Miss Peregrine et les enfants particuliers (T2) Hollow City de Ransom Riggs : 4,5/5
- Lady Falkenna (T2) d'Alizée Villemin : 3/5
- Grupp d'Yves Grevet : 3,5/5
- Leonard & Virginia Woolf : Je te dois tout le bonheur de ma vie de Carole d'Yvoire : 3,5/5
- Les Outrepasseurs (T1) Les Héritiers de Cindy Van Wilder : 4,5/5






Au niveau des séries, j'ai continué dans le même rythme qu'en Septembre & Octobre. J'ai tout de même pu finir une série et en continuer 4 et je suis sûre que j'en finirai un peu plus en décembre ! Au total, j'ai vu 24 épisodes.

- Stranger Things : Saison 2 Épisode 4 à 9 > Saison terminée !
- The Big Bang Theory : Saison 11 Épisode 6 à 8
- Grimm : Saison 2 Épisode 3 à 8
- Young Sheldon : Saison 1 Épisode 2 à 5
- How To Get Away With Murder : Saison 4 Épisode 6 à 8





Du côté des films, j'ai aussi continué dans mon habitude à en regarder peu ^^ J'ai visionné 3 films dont 2 au cinéma. J'essayerai de faire mieux avec toutes les sorties qui m'intéressent au cinéma au mois de Décembre ;)

- Justice League : 2/5
- Thor : Ragnarok : Revisionnage
- Moi, Moche et Méchant 3 : Revisionnage




Voilà, tout le monde ! J'espère que ce bilan vous aura plu, n'hésitez pas à me dire en commentaire ce que vous avez lu et visionné au mois de Novembre :) Je vous retrouve pour le dernier bilan de l'année fin décembre. Faites de bonnes lectures et de belles découvertes !

jeudi 7 décembre 2017

Chronique "Je te dois tout le bonheur de ma vie" de Carole d'Yvoire


Maison d'édition : Le Livre de Poche

Date de publication : 2 Novembre 2017

Nombre de pages : 221 pages

Genre : Biographie

Catégorie : Adultes

Tome : One-shot

Prix : 8,90 euros

Format : Poche



"Dans un récit inédit, riche et abondamment illustré, Carole d'Yvoire raconte les premières années et la rencontre de deux êtres fascinants : Virginia Stephen & Leonard Woolf, dont l'union sera symbolisée en 1917 par la naissance de leur maison d'édition, la Hogarth Press. Au cœur de cette période d'activité artistique foisonnante sont ainsi célébrés ceux qui face au tragique choisissent l'affirmation de la vie, d'une vie intense et triomphante."

Je souhaiterais tout d’abord remercier Emma et les éditions Le Livre de Poche de m’avoir accordé leur confiance pour ce super partenariat. Maintenant, place au livre et à mon avis !

Nous avons donc affaire ici à une biographie de Virginia et Leonard Woolf, à partir de leur enfance jusqu’à la création de leur maison d’édition, la Hogarth Press. L’auteur a réussi avec succès à m’intéresser à ce couple dont je ne connaissais que peu de choses. À l’origine, uniquement Virginia Woolf m’était familière grâce, notamment, à certains de ses écrits féministes. Cette biographie m’a donc permise de m’intéresser à ces deux jeunes gens talentueux et profondément touchants par leur histoire. La réalité qui émane de leur relation m’a fait du bien. Elle nous prouve que toutes les relations amoureuses ne sont pas des contes de fée même si elles se basent sur l’amour et le partage. Virginia & Leonard n’ont pas eu de coup de foudre lorsqu'ils se sont rencontrés la première fois mais ils ont plutôt appris à se connaître et le temps a fait naître des sentiments évidents pour l’un comme pour l’autre. En plus d’être intéressante, cette histoire est complète, fournie et très bien documentée comme le prouve la bibliographie à la fin de l’ouvrage.

Carole d’Yvoire a su, grâce à sa plume fluide et agréable à lire, me plonger dans leur histoire. Son style travaillé m’a permis de découvrir la personnalité de ces auteurs et leur évolution avec plaisir. Cependant, j’ai relevé deux bémols durant ma lecture. Le premier est que j’ai eu de nombreuses difficultés à me retrouver parmi les personnages. Évidemment, je n’ai découvert l’arbre généalogique à la fin du livre qu’après avoir tourné la dernière page. J’aurai beaucoup aimé qu’il soit placé au début pour s’y référer plus facilement et avoir connaissance de son existence. Le second défaut est que cette biographie est trop courte à mon goût. J’étais plongée avec grand intérêt dans ma lecture et elle s’est arrêtée abruptement. On ne sait rien de la suite de leur histoire et je vous avoue que tout ça est un peu retombé comme un soufflet. J’en voulais plus et l’auteur m’a un peu coupé l’herbe sous le pied.

Pour conclure cet avis, je souhaitais relever le fait que l’auteur a eu la brillante idée d’insérer à la fin de cette biographie une nouvelle de chaque auteur dont elle parle dans son ouvrage. Cela nous permet de découvrir le style de Virginia et Leonard et de s’en faire une idée. Je vous avoue avoir préférer la nouvelle de Léonard mais je découvrirais tout de même avec grand plaisir les écrits de Virginia.

Note : 3,5/5       

jeudi 30 novembre 2017

Chronique "Grupp" d'Yves Grevet


Maison d'édition : Syros

Date de publication : 31 Août 2017

Nombre de pages : 528 pages

Genre : Dystopie

Catégorie : Young-Adult/Jeunesse

Tome : One-shot

Prix : 17, 95 euros

Format : Grand Format



"Mettez-vous à la place de Stan : grâce à l'implant LongLife, comme tous ses amis et ses proches, il ne craint ni la maladie ni les accidents et peut atteindre l'âge de cent ans en menant une petite vie tranquille. Est-ce que ça ne donne pas envie ? 


Maintenant, essayez de penser comme Scott, le grand frère de Stan : voulez-vous vraiment que vos battements de cœur soient contrôlés à tout instant ? Vous sentir traité comme un être irresponsable, fragile, et que l'on décide à votre place ce qui est bon pour vous ? 



Si la liberté et la part du hasard valent plus à vos yeux que votre sécurité, faites-le savoir. Rejoignez le Grupp."



Ici, nous avons affaire à une dystopie jeunesse au concept intéressant : la sécurité de la population prime sur sa liberté. Ce principe m’a instantanément rappelé le célèbre roman de Lois Lowry « Le Passeur » où la même thématique y est développée mais d’une manière différente. Dans ce roman, j’ai trouvé le concept plutôt bien exploité, l’auteur n’hésite pas à rentrer dans les détails et à nous exposer les failles auxquelles peut être confronté le système ainsi que toutes ses facettes. Grâce à ces idées, on peut faire mûrir chez le lecteur une certaine réflexion : la sécurité doit-elle primer sur la liberté ? La peur de la vie quotidienne doit-elle vraiment nous paralyser ?...


Pour ce qui est de l’histoire, je me suis sentie réellement impliquée à partir des 150 premières pages. En effet, le début amorce l’univers, le met en place et on suit le point de vue d’un personnage secondaire dont on ne comprend pas trop l’utilité à part être un simple spectateur. Je n’étais donc pas immergée dans l’intrigue au maximum. Cependant, à partir du moment où l’on passe au point de vue du personnage principal, membre du groupe clandestin nommé le Grupp, tout s’accélère. L’action se met en place et nous intéresse davantage. On découvre enfin le fonctionnement de cette organisation secrète que l’on suit depuis le début mais de l’extérieur. C’est uniquement à ce moment-là que j’ai compris l’intérêt du premier point de vue.

Du côté des personnages, j’ai bien aimé les suivre dans leur aventure mais je ne m’y suis pas forcément attachée. Ils étaient sympas mais je n’avais aucun point commun avec eux et donc, aucun moyen d’identification. Enfin, j’aime toujours autant la plume d’Yves Grevet. À la fois fluide et agréable à lire, elle a réussi à me plonger dans son action.

Note : 3/5

jeudi 23 novembre 2017

Chronique "Les Éveilleurs (T2) Ailleurs" de Pauline Alphen


Maison d'édition : Le Livre de Poche Jeunesse

Date de publication : 27 Juin 2012

Nombre de pages : 384 pages

Genre : Fantasy

Catégorie : Young-Adult

Tome : 2

Prix : Grand Format : 14,20 euros
          Poche : 6,90 euros

Format : Poche


Le résumé du tome 2 contient des spoilers concernant le premier tome !


"Je n’ai pas remercié mon père, je n’ai pas souhaité bon anniversaire à mon frère. Je n’ai pas remercié je n’ai pas souhaité mon père mon frère mon père mon frère frère frère...


Trois jours qu’elle errait dans le dédale qui reliait le château de Salicande aux grottes dissimulées dans la montagne. Trois jours qu’elle essayait de retrouver son chemin, tailladée par l’angoisse et l’urgence, passant de grotte en grotte, de couloir en couloir, tournant en rond, se récitant cette phrase tant de fois qu’elle perdit le sens des mots.


Trois jours que Claris avait disparu."

Après avoir enchaîné une lecture très moyenne et un abandon, j’ai souhaité me lancer dans une source sûre afin de ne pas plonger tête baissée dans une panne de lecture. Malheureusement, ce second tome de la saga « Les Éveilleurs » a été une petite déception.

Dans le premier tome, j’étais tombée sous le charme de l’univers tout droit sorti de l’imagination de l’auteur. J’avais été complètement immergée dans ce monde de fantasy où la nature et la magie ont une place conséquente. Cependant, dans ce second tome, l’univers était beaucoup trop poussé. Les personnages sont dispersés dans divers lieux et dimensions. J’étais perdue 90% du temps à cause de nombreux dialogues et explications vagues, sans queue ni tête. La complexité de l’univers m’a lassé et fait perdre mon intérêt. En tournant la dernière page du roman, je me suis demandé à quoi avait réellement servi cette excursion dans d’autres endroits.

Au niveau de l’intrigue, je ne m’attendais pas à de l’action, à l’image du premier tome. Néanmoins, j’ai trouvé cette fois-ci l’intrigue très lente. Je n’ai ressenti que peu d’émotions et je n’ai surtout pas compris où l’auteur souhaitait nous emmener. Nous avons affaire à un véritable tome de transition. Du côté des personnages, j’ai un avis plutôt positif. En effet, j’apprécie toujours autant de suivre leurs aventures et leurs évolutions dans l’histoire. Dans ce tome-ci, on se focalise beaucoup plus sur les personnages secondaires que les personnages principaux : Claris et Jad. Même si j’ai trouvé ça intéressant, ces deux personnages étaient très effacés de l’histoire et cela m’a manqué lors de ma lecture.


Pour conclure, j’ai beaucoup aimé retrouver la plume de Pauline Alphen. À la fois poétique et lyrique, elle nous propose une écriture fluide et agréable à lire. Le seul point ennuyant est qu’il s’agit d’une saga jeunesse et je crains que certains jeunes entre 8 et 13 ans lâchent assez facilement le roman à cause de la complexité de l’univers et de la plume. 

Note : 2,5/5

dimanche 19 novembre 2017

Chronique "De l'autre côté de l'île" d'Allegra Goodman



Maison d'édition : Thierry Magnier

Date de publication : 18 Mai 2009

Nombre de pages : 373 pages

Genre : Dystopie

Catégorie : Jeunesse

Tome : One-shot

Prix : 17,30 euros

Format : Grand Format



"Sur l'île 365, tout est très bien organisé, chacun obéit strictement aux règles définies par la Mère Nourricière qui a su dompter la nature et le climat, mettant à l'abri la Communauté. Oui mais à l'abri de quoi ? Et qu'arrive-t-il si on refuse d'être comme tout le monde, si l'on est trop curieux ? Honor, après avoir tout accepté, va poser trop de questions..."


Ce roman faisait partie des reliques de ma PAL et je l’en ai enfin sorti. Même si cela faisait un moment que ce livre était paru, j’espérais passer un bon moment. Malheureusement, j’ai assez vite déchanté.

Ici, nous plongeons dans une dystopie jeunesse basée sur le réchauffement climatique et l’écosystème. Ces fondements n’ont rien d’originaux mais l’auteur n’hésite pas à ajouter à son histoire des éléments assez angoissants et pourtant réalisables dans notre vie quotidienne tels que la propagande, la drogue, la perte de mémoire…

Honor, notre héroïne, arrive sur l’île en compagnie de ses parents après des années d’existence dans une partie du monde cachée et sauvage et surtout exclue du système mis en place par la Mère Nourricière. Honor est une jeune fille que j’ai eu envie de secouer à plusieurs reprises. En débarquant sur l’île, elle fait preuve de rébellion, de maturité et a soif de liberté. Cependant, à partir du moment où elle rentre à l’école, elle délaisse toutes ses convictions pour se faire manipuler par les adultes qui gèrent l’île. Elle souhaite du plus profond de son cœur ressembler à tout le monde et préfère croire en la Mère Nourricière qu’en ses propres parents. Ce n’est que vers le dernier quart du roman qu’elle commence à reprendre conscience de sa vie d’avant et de ce qu’elle est devenue mais je trouve que cela arrive un peu tard dans l’histoire.

Pour ce qui est de l’intrigue, elle m’a semblée très longue. J’aurai apprécié que l’auteur insère plusieurs points de vues dans son histoire afin d’apporter du rythme et plus d’informations concernant certains personnages tels que les parents. L’action n’apparaît réellement qu’à la fin du roman. Le fait qu’il y ait des longueurs est aussi du, d’après moi, à l’écriture d’Allegra Goodman qui est simple, peu travaillée et entraînante.

Au fil de ma lecture, j’ai souvent comparé cette histoire au roman de Lois Lowry intitulé « Le Passeur ». En effet, Allegra Goodman exploite ici de multiples notions importantes qui amènent les jeunes à réfléchir. Par exemple, on peut se demander si la sécurité prévaut sur la liberté ou bien l’inverse et quel est le mieux pour l'avenir d'une population. On peut retrouver ces idées dans l’histoire de Lois Lowry tout comme le fait que l’on suit un personnage jeune, que nous nous trouvons dans un univers où tout est contrôlé ou encore que la plume de l’auteur est simple.

Note : 2.5/5

jeudi 16 novembre 2017

Chronique "La Trilogie de la Poussière (T1) La Belle Sauvage" de Philip Pullman



Maison d'édition : Gallimard Jeunesse

Date de publication : 16 Novembre 2017

Nombre de pages : 544 pages

Genre : Fantasy

Catégorie : Jeunesse & Young-Adult

Tome : 1/3

Prix : 22 euros

Format : Grand Format



"À l'auberge de la Truite, tenue par ses parents, Malcolm, onze ans, voit passer de nombreux visiteurs. Tous apportent leurs aventures et leur mystère dans ce lieu chaleureux. Certains sont étrangement intéressés par le bébé nommé Lyra et son dæmon Pantalaimon, gardés par les nonnes du prieuré tout proche. Qui est cette enfant ? Pourquoi est-elle ici ? Quels secrets, quelles menaces entourent son existence ? Pour la sauver, Malcolm et Alice, sa compagne d'équipée, doivent s'enfuir avec elle. Dans une nature déchaînée, le fragile trio embarque à bord de La Belle Sauvage, le bien le plus précieux de Malcolm. Tandis que despotisme totalitaire et liberté de penser s'affrontent autour de la Poussière, une particule mystérieuse, deux jeunes héros malgré eux, liés par leur amour indéfectible pour la petite Lyra, vivent une aventure qui les changera pour toujours."


J’ai terminé la saga « À la Croisée des Mondes » au début de l’année 2017, c’est-à-dire récemment, et la plume et l’univers de Philip Pullman me manquait déjà. Je n’avais qu’une hâte : le retrouver dans une nouvelle histoire qui me fasse rêver. Quand j’ai eu vent de la sortie du premier tome de « La Trilogie de la Poussière », j’étais sur un petit nuage et j’ai été plus que ravie de le recevoir en avant-première grâce aux éditions Gallimard Jeunesse que je remercie énormément !

Dans cette nouvelle saga, nous suivons donc Malcolm, un jeune garçon de onze ans qui va se retrouver sur le chemin d’une aventure à laquelle il va participer malgré lui. Au fil des pages, j’ai appris à découvrir ce personnage qui est clairement aux antipodes de ce que je suis. À la fois curieux et malin, Malcolm fait preuve d’intelligence, de logique et de débrouillardise tout le long de l’histoire. Je me suis rapidement attachée à lui grâce à sa personnalité mais aussi grâce aux points communs que l’on partage concernant nos passions. Je ne suis pas une professionnelle du bricolage cependant, je suis une passionnée de littérature tout comme lui et je suis extrêmement curieuse concernant tout ce qui touche à l’astronomie ou aux sciences occultes.

Concernant les personnages secondaires, ils m’ont semblé bien développés et très intrigants. J’ai beaucoup apprécié rencontrer le professeur Hannah Relf, une jeune femme érudite qui ne se laisse pas marcher sur les pieds et tente de se faire une place dans un monde où les hommes dominent dans tous les domaines. Pour ce qui est du méchant de l’histoire prénommé Bonneville, il m’a fichu des frissons dans le dos par ses dialogues, sa manière d’être ainsi que sa personnalité. Nous avons affaire à un personnage totalement dérangé, flippant, pervers et sadique sur les bords. Je pense qu’il remplit entièrement le rôle d’effrayer ses lecteurs.

Nous nous embarquons dans une histoire aux côtés de Malcolm et Alice, une jeune femme de 16 ans qui accompagnera notre personnage principal durant la seconde partie de l’histoire. J’ai tout simplement adoré l’intrigue de ce premier tome. La première partie se porte principalement sur la découverte et l’installation de l’univers, des personnages ainsi que du fil rouge qui est plus complexe qu’il n’y paraît. Dès que la seconde partie commence, nous sommes plongés dans une aventure pleine de suspens et d’actions et on ne peut s’ennuyer à aucun moment.

J’avais hâte de me replonger dans l’univers d’À la Croisée des Mondes mais je redoutais le fait que l’auteur n’est plus rien à nous faire découvrir. Je n’aurais pas dû m’inquiéter car l’imagination de Philip Pullman est absolument débordante. L’univers est toujours aussi riche, étrange et immersif. On se balade encore dans ce monde parallèle au nôtre, en plein cœur de la ville de Londres en compagnie de daemons, de fées, de magie… L’auteur approfondit, cette fois-ci, l’aspect politique et religieux de son univers ce qui en fait sa complexité. On y voit l’apparition de plusieurs partis politiques ou agences secrètes qui se battent à coup de propagande ou d’espionnage. Encore une fois, Philip Pullman a réussi avec brio à me faire apprécier son univers.

Enfin, un autre point qui m’avait marqué dans la saga initiale est l’écriture de Philip Pullman. Jean Esch, le traducteur d’À la Croisée des Mondes a encore fait un travail remarquable en réussissant à retranscrire les dialogues complexes et souvent remplis de sous-entendus de cet auteur. La plume de Philip Pullman est toujours aussi prenante, fluide et agréable à lire. Je pourrais même la qualifier de philosophique. Les livres de Philip Pullman peuvent être lus par tous les âges car il y a plusieurs niveaux de lecture intéressants à découvrir en fonction de notre maturité et de notre capacité à analyser. C’est pour cela que je me replongerais avec plaisir dans la saga d’origine dans plusieurs années pour voir si je réussis à aller plus loin dans ma compréhension du roman que je ne l’étais au début de l’année 2017 et pareillement pour cette histoire.

Note : 4,5/5